Un mois avec le X-T1 (LONG + photos)

Introduction

Ça fait un peu plus d’un mois que j’utilise le Fujifilm X-T1 comme appareil photo principal (l’iPhone 6 qui me tient lieu aussi de téléphone est toujours là :)) et je dois dire que ça me fait un bien fou.

Cet appareil est tout simplement fantastique. Attention, cet article n’est pas un test en tant que tel, d’autres s’y sont très bien pris pendant les mois suivant sa sortie, comme DPreview (EN) ou Focus numérique (FR) mais plus un retour d’expérience d’un photographe amateur, n’ayant pas plus de prétention que de se faire plaisir :) Enfin, cet appareil n’est pas forcément pour tout le monde, il est cher et à titre personnel, vu les objectifs que j’ai pris, certaines photos ne sont pas possible (animalier ou zolis navions notamment).

Le look

Comme je l’ai dit dans l’article initial sur mon changement de marque, le look, quoiqu’on puisse en penser, a de l’importance. Encore plus pour un amateur comme moi, dont le but est aussi de se faire plaisir à la fois en prenant de belles (on l’espère :)) photos et en ayant un bel objet (ou peut-être est-ce juste moi mais peu importe, je l’assume très bien :)).

Ordoncque, son aspect proche des reflex que j’ai utilisé pendant longtemps me plait beaucoup et même s’il est plus petit que mon Pentax K-3, la prise en main est tout à fait satisfaisante (l’auriculaire se sent certes un peu délaissé). Le repose-pouce à l’arrière aide bien à ce propos. J’avais hésité à prendre le Hand Grip MHG-XT, pour l’instant, pas de regret.

XT-1 devant

L’ergonomie

J’avoue que si de prime abord, venant de reflex avec les petites molettes faisant tout en fonction de paramètres dans le menu (genre ouverture devant et vitesse derrière, ou l’inverse voire autre chose), les grosses molettes dédiées du X-T1 (ISO, vitesse et compensation d’exposition) me laissait un peu dubitatif1 mais au final, c’est un retour aux sources et je suis très content.

Je me prends à utiliser de plus en plus la compensation d’exposition2, aidé en celà par l’immense et génial, que dis-je, sublime viseur électronique (EVF en anglais).

Parlons-en de cet EVF. Un des points forts de cet hybride salués par les revues et ce à juste titre. Grand, brillant, rapide (très très peu de lag comme sur tant d’autres), il affiche à 100% (grossissement de x0,77 — plus grand en proportion qu’un Canon 1Dx !) l’image telle qu’elle sera prise, dans toute ses nuances de balance des blancs, profondeur de champ et donc, compensation d’exposition. Le X-T1 ayant des profils simulant des films argentiques classiques Fuji et autres (notamment Provia, Velvia et le fameux classique Chrome — Kodachrome-like dirons nous) on peut directement en profiter dans le viseur.

Celles et ceux qui ont regardé mes galeries 500px ou Flickr ont pu le constater, je me mets à prendre des photos en noir et blanc et là justement, l’EVF fait sa magie une fois encore : il passe lui aussi en N&B ce qui donne une réelle idée de la photo finale, ce que l’on ne pouvait obtenir auparavant que soit sur l’appareil en « développant » l’image après-coup sur l’écran arrière ou en post-processus via Lightroom ou autre logiciel. Ça change la vie, vraiment.

Sous le pont d'Iéna

La détection de visage que je n’utilisais jamais sur le K-5/K-3 puisque limitée à la vision “live view” prend tout son sens avec l’EVF et je l’utilise (notamment en concert).

Je passe sur les informations comme l’histogramme et autres affichées dedans, les revues l’ont fait mieux que moi. Je ne pensais sincèrement pas pouvoir dire un jour que je préfère un EVF au bon vieux viseur optique (OVF) mais soyons clair celui du X-T1 est supérieur à ce que j’ai eu avant.

Les deux molettes principales (ISO et vitesse) restent par contre encore beaucoup sur le mode A, le X-T1 ayant une manière de gérer automatiquement les ISO très bien faire, bien mieux que ce que j’avais sur le K-3 : Je peux spécifier non seulement l’intervalle utilisé en Auto-ISO mais aussi la vitesse minimale à respecter, 1/80s en l’occurrence pour moi afin d’éviter les flous de bougé quel que soit l’objectif monté (j’ai les 14mm, 23mm et 56mm soit 21mm, 35mm et 85mm resp. en équivalent 35mm).

X-T1 arrière

Comme beaucoup d’appareils, on peut aussi changer la fonction de quelques boutons sur le X-T1, ce qui est pratique. Le bouton devant est dorénavant assigné à la reconnaissance ou non des visages (très efficace d’ailleurs et ce encore plus depuis la mise à jour du 18 décembre — firmware 3.00).

Cette mise à jour a aussi apporté des nouveautés très intéressantes comme la modification rapide du collimateur pour l’auto-focus (il suffit d’utiliser le pavé à flèches en visant — du coup, encore une chose que j’utilise contrairement au reflex) et un obturateur électronique allant de 1s au 1/32000s. Quel intérêt de monter aussi vite me direz-vous ? Regardez l’image suivante, prise en plein soleil, au 1/18000s. Je profile de la profondeur de champ et son flou associé en arrière-plan tout en figeant l’objet en rotation… Ça permet de se passer d’un filtre ND qui aurait été nécessaire sinon pour pouvoir prendre à pleine ouverture.

Freezing the wind

Bref, que du bonheur.

La qualité des images

Ayant été relativement satisfait de la qualité des images venant de mes Pentax, je suis habitué au format APS-C et à ses limitations (photosites plus petits donc plus sensibles au bruit, profondeur de champ plus grande, etc.), je ne suis pas changé.

Ce qui l’est par contre, c’est ce capteur X-Trans II, d’une technologie complètement différente de celle basée sur la Matrice de Bayer est tout simplement étonnant dans sa définition, sa gestion du bruit, l’absence de filtre AA (anti-aliasing) et la qualité du rendu des couleurs. Fujifilm a réussi un exploit avec ce capteur.

Malgré la baisse de définition comparé au K-3 (24 Mpxls vs 16.3 Mpxls) et la complexité pour les logiciels comme Lightroom à faire le post-traitement, les résultats (voir les photos de nuit en dessous) sont au rendez-vous et alliés à la qualité des objectifs Fujifilm, que de la satisfaction de ce côté.

Les objectifs

J’ai donc uniquement des focales fixes :

  • XF14mm/ƒ2.8 R — ultra grand angle ;
  • XF23mm/ƒ1.4 R — grand angle à usage généraliste, mon objectif principal ;
  • XF56mm/ƒ1.2 R — téléphoto, génial pour le portrait.

Les trois sont simplement fantastiques avec la mention « exceptionnel » pour le 56mm, avec son ouverture à ƒ1.2 et son bokeh fabuleux.

Ce choix assumé de ne pas avoir de zoom me permet de voir les choses différemment et me fait changer ma manière de visualiser et prendre des photos, c’est très stimulant et manifestement, j’en avais besoin !

En soi, la gamme optique pourrait être plus étendue, même si je suis conscient qu’elle est très jeune et qu’elle va évoluer.

Ce qu’il manque selon moi :

  • un réel objectif macro à rapport 1:1, le futur XF90mm/ƒ2 annoncé à la Photokina ne semblant pas l’être du tout ;

  • un zoom plus long que le 50-230mm/ƒ4.5-6.7 OIS ; ce dernier est d’ailleurs dans une gamme moins bien finie que la gamme R (comme le 55-200/ƒ3.5-4.8 R LM OIS). Le seul zoom long à ƒ2.8 est le XF50-140mm/ƒ2.8 R LM OIS WR (équivalent au classique 70-200mm/ƒ2.8 classique chez les Canon-Nikon). Le Pentax 55-300mm/ƒ4-5.8 me manque, malgré son manque d’ouverture ;

  • des longues focales fixes lumineuses comme les Pentax 200mm/ƒ2.8 et 300mm/ƒ4 voire plus longues.

J’ai depuis le premier article acheté une bague d’adaptation Pentax-Fuji pour utiliser mon Vivitar Macro ; elle est très bien, là encore l’EVF et les fonctions d’aide à la mise au point manuelle (pseudo-stigmomètre ou colorisation des zones nettes) font un excellent travail.

Les mauvais points

Aucun appareil n’est parfait et le X-T1 ne fait pas exception.

L’auto-focus pourrait être plus efficace comme l’ont signalé les revues, notamment sur les sujets en mouvement. Je ne fais pas souvent de photos de sport donc je suis moins gêné que d’autres mais c’est à noter que de temps en temps, quand on en a besoin, il pourrait être plus efficace.

Le vrai point noir vient principalement de la batterie qui est beaucoup trop faible en autonomie. Il est clair que l’EVF a une grosse part de responsabilité (et je n’utilise quasiment jamais le mode “live-view”, préférant celui où le viseur électronique est enclenché par l’approche de l’œil et fait tout, visée et menus). J’ai deux batteries et heureusement, je me serais sinon trouvé fort marri lors de mes deux promenades parisiennes.

L’autre point décevant dans une construction plutôt remarquable est la trappe cachant la carte SD. Pour un appareil sensé être tropicalisé, elle est trop facile à bouger, n’a pas l’air vraiment étanche et parait trop fragile. Sur un appareil de ce prix, c’est très dommage. Un effort Fujifilm que diable !

Conclusion

Malgré ses défauts, ce X-T1 est probablement la meilleure chose qui soit arrivée dans ma photographie depuis mon passage à la photo numérique en 2006 (EN). Il est petit, très ergonomique, dispose d’une qualité d’image exceptionnelle dépassant souvent mes réflex récents. Je m’amuse beaucoup à reprendre des photos, j’essaie plus de choses sur la composition, le type de photos, etc.

J’ai longtemps hésité donc à passer à un hybride, notamment sur le viseur et la gamme d’objectifs et après un mois à prendre plus de 1600 (!) photos, je ne regrette rien3 4. Rétrospectivement, ma décision de prendre le 23mm et pas le 35mm auquel j’avais été habitué avec le K-3 a été une bonne décision (changement de perspective principalement).

Merci aussi à Fujifilm d’avoir les objectifs que je voulais dans sa gamme X, j’ai eu du mal à me séparer des Pentax FA 31mm et FA* 85mm, les 23mm et 56mm sont des successeurs tout à fait valables :)

Ça me fait du bien de [re-]prendre mon pied à faire des photos.

Photos

Quelques unes sont sur ma galerie 500px mais en voici d’autres, sans ordre ou thème particulier, juste pour en montrer des jolies selon moi. Classées par objectif, les champs EXIF sont tous présents.

XF14mm/ƒ2.8

Pont des Invalides

XF23mm/ƒ1.4

Grand Palais

Pont du Carousel

Musée d'Orsay

Cache-cache entre les nuages

Diane au soleil couchant

Énormes bulles

Esplanade du Louvre

Pont des Arts

Gloomy Riverside

Pont Neuf

Caserne de la Cité

Notre-Dame

XF56mm/ƒ1.2

Norig au Sentier des Halles

Descente du Trocadéro

Eric Jurado du CNES

Grues de l'île Seguin

Oie de Noël

Fermière facétieuse

Fanfare de Noël

Jardin d'hiver

Étourneau sansonnet

Les gardiens de la Tour Eiffel

Notes

  1. Le mot est sans doute un peu exagéré ici, je l’aurais vraiment été que l’achat ne se serait sans doute pas concrétisé.

  2. Notamment pour les photos de nuit.

  3. À part avoir pris le modèle noir et non pas le Graphite Silver qui, malgré son prix plus élevé de 200 € quand même, est tellement plus joli…

  4. Je sais, il est facile de justifier a posteriori un achat ou masquer des inconvénients. Ce n’est pas le cas ici, j’essaie d’être honnête :)

Comments

Comments