Maison Zen — Paris

J’ai déjà parlé de la Maison Zen sur Twitter il y a quelques mois, l’ayant découvert par hasard en utilisant une application iOS qui permet de trouver des points d’intérêts autour de soi, la bien nommée AroundMe. Ayant passé une partie de l’après-midi avec un copain à prendre des photos dans le coin, je me suis dit que c’était une bonne idée d’y repasser.

Résumé

Lieu : 8 rue de l’échelle à Paris, 75001, à côté du Louvre.
Téléphone : +33 1 42 61 93 99

Type : Cuisine japonaise classique, de qualité
Prix : compter un minimum de 30-50 €/personne
Note : 4.5/5

Le cadre

Le cadre de ce restaurant n’est pas celui typique de beaucoup du même genre (même si le comptoir avec les poissons est bien évidemment présent), avec plein de couleurs pastel. Les tables aussi sont disposées assez originalement, sortes de hauts comptoirs sinueux :)

J’ai encore pris une place au comptoir (qui avait des réservations — certains savent que c’est la meilleure place), en face du chef et de son assistant (m’a-t-il reconnu ?), très aimable et prévenant, regardant régulièrement la progression de chaque convive afin de le servir au mieux. C’est assez agréable, sans être envahissant ; ici, on ne cherche pas à faire partir le client quand il a fini ou ne tente de faire tourner les places.

Beaucoup de serveurs/serveuses, très occupés et à l’écoute, ça fait un tourbillon incessant (surtout quand un car entier débarque pour s’engouffrer dans le sous-sol !), beaucoup de sourires, aussi bien entre eux qu’avec les clients, c’est sympa. Ambiance assez bonne enfant mais toujours professionnelle.

La première fois que j’y allé au mois d’août, le chef m’avait même offert1 à la fin un nigiri d’encornet. C’est assez particulier comme goût :)

La cuisine

On reste sur du sushi-bar assez classique mais il n’y a pas que les sushis/sashimis mais plein d’autre plats aussi — comme les brochettes évidemment mais aussi des plats de viandes cuites, etc. Je reste quant à moi sur ma passion pour les nigiris :)

Après avoir choisi un assortiment de nigiris et un maki de toro ou thon gras2 haché + ciboulette, on m’apporte une petite salade de légumes d’hiver, très bonne :

Entrée

J’ai eu mon plateau de nigiri après, aussi bien garni que la dernière fois… avec du toro (\o/), du saumon évidemment mais aussi de la coquille St Jacques (otate un de mes sushis favoris aussi), de l’anguille (unagi), du thon rouge (maguro) et une crevette.

Plateau de nigiris

Les makis de toro et ciboulette sont aussi appétissants :)

Toro à la ciboulette

Le tout est d’une excellente fraîcheur, servi rapidement et évidement je me délecte de voir la préparation devant moi (même si le comptoir masque un peu trop, les meilleures places avec une meilleure vue sont réservées) ainsi que ce qui est servi aux autres clients3.

Une fois n’est pas coutume — les restaurants japonais et asiatiques en général ne sont pas réputés pour leurs desserts — voyant un dessert à la fraise4, je craque et la vision (et le goût !) est au rendez-vous. Jugez par vous mêmes :

Gâteau à la fraise

(je sais ce n’est pas du tout la saison des fraises)

La présentation des plats est très soignée sans en faire trop, la bonne cuisine peut aussi être jolie à regarder :)

À la fin, après avoir payé, le chef là encore m’offre une tasse de thé ce qui permet de terminer fort agréablement ce dîner.

PS : voici une photo de l’entrée que j’avais prise la première fois, là encore du toro haché à la ciboulette mais pas en maki cette fois :

Toro haché ciboulette

PPS : oui, je m’aperçois seulement maintenant que j’ai écrit un article parlant d’un restaurant japonais un 7 décembre.

Conclusion

Comme la première fois, excellente cuisine dans un cadre original et sympa, très bon service par un personnel professionnel et serviable, efficace et souriant. Les prix sont assez élevés (mais pas autant que Kaiseki heureusement), dans la norme des vrais japonais.

J’y reviendrai, il faut que je le fasse découvrir5 autour de moi.

Notes

  1. Il semble que j’ai un truc assez particulier avec les premières fois dans un restaurant, les japonais en tout cas. À Toritcho, le chef m’avait fait découvrir un poisson que je ne connaissais pas, la Bonite.

  2. Le toro est mon poisson favori mais il reste très rare et/ou très cher dans les restaurants…

  3. Je suis arrivé à l’ouverture à 19h, très peu de monde mais ça se remplit très rapidement, réservez si vous êtes plusieurs…

  4. Mon fruit préféré, comment avez-vous deviné ?

  5. Je sais, deuxième restaurant de sushi avec un billet et toujours rien sur Toritcho… Ca vient :)

Comments

Comments