Maison Wada à Paris

Il y a deux semaines j’ai eu l’occasion de découvrir non pas un mais deux restaurants japonais, l’un près de l’Arc de Tromphe et l’autre aux Buttes-Chaumont. voici le premier, la maison Wada.

Résumé

Lieu : 19 rue de l’Arc de Triomphe, Paris, XVIIe arr.
Téléphone : +33 (1) 44 09 79 19
Métro : Argentine ou Ternes

Type : Cuisine japonaise classique, de qualité
Prix : compter un minimum de 40-50 €/personne voire beaucoup plus.
Note : 3.5/5 à cause des prix

Détail important : il est ouvert le lundi ce qui est rare (et nous sommes lundi).

Le cadre

C’est un petit restaurant avec environ 25 places, perdu dans une petite rue derrière l’Arc de Triomphe qui ne paie pas de mine (désolé pas de photo de la devanture), comme tant de pseudo-japonais (que j’appelle les sino-japonais 1 du fait que l’immense majorité n’est que la conversion de chinois en japonais, je suppose que ça rapporte plus…).

L’intérieur est sympa avec la majeure partie du mur de droite constitué d’alcoves avec divers objets, plus ou moins asiatiques (le classique chat levant la patte, thé, etc.). Pas vraiment de place type « comptoir » comme souvent, ce que je regrette. Rien n’est plus intéressant que de voir le chef préparer les plats et c’est toujours l’occasion de discuter sur divers sujets, comme les poissons du jour, etc.

Mur à trésors

Détail amusant, il flotte au plafond un kimono assez joli — non, il ne s’agit pas d’un fantôme et seul le vent des gens entrant ou sortant le fait bouger :)

Kimono flottant

L’accueil par le patron est impeccable, malheureusement il commence par s’excuser d’un manque de choix de poissons, n’ayant pas eu tout ce qu’il voulait à Rungis… Le copain qui m’a proposé de découvrir le lieu le connait très bien mais vu l’accueil qui réservera à d’autres clients peu après montre qu’il est aimable avec tout le monde (excellent point !).

La cuisine

Je n’ai pas fait de photo du menu, j’aurais du… (promis le prochain y a !). Les prix sont assez élevés avec l’assortiment de sushis ou sashimi à 36 € et le plateau dégustation à 72 € (ouch). Histoire de me faire découvrir le restaurant, nous prenons deux plateaux accompagnés d’un excellent saké à la prune 2.

Avant ledit plateau, vont se succéder les deux entrées annoncées, elles même précédés d’une excellent chiffonnade de concombres (des morceaux coupés très fin donc et entortillés sur eux-mêmes) ; c’est original et très bon et rafraîchissant.

La première entrée est un tartare de saumon au saké. Un soupçon de sauce soja par dessus (par le patron lui-même !) et le palais se régale de l’alliance constituée du poisson gras et du saké, assez sec. C’est simple, très frais et très bon.

Tartare de saumon

La deuxième entrée tranche pas mal avec les deux premières, il s’agit d’une salade de calebasse 3 confite. C’est assez bon, bien qu’assez ferme comme chair. Ca change de beaucoup de restaurant japonais qui, s’ils peuvent avoir cette entrée au menu, ne la mettent pas en avant ainsi.

Calebasse confite

Passons maintenant au plat de résistance :)

Ce plateau dégustation est constitué d’un assortiment de sushis et sashimis mais avec seulement trois poissons, somme toute assez classiques — thon rouge, saumon et daurade. Est-ce juste à cause du manque d’approvisionnement ? Je ne sais pas mais le reste de la carte ne montrait pas énormément de poissons (même si le thon gras (toro) était mentionné).

Plateau dégustation

La coupe reste un peu grossière 4 ce qui est un peu dommage. On pourrait croire qu’avoir plus de poisson est meilleur mais en fait, ça reste pour voir un plat où se mélange subtilement le riz vinaigré, le wasabi et le poisson ; la coupe a donc de l’importance.

Là, un peu trop épais sur le sushi et la bouchée est assez grosse. Pareil pour le sashimi. la quantité de poisson est importante (21 sashimis et 6 sushis par personne) et remplit bien l’estomac mais je préfère quand c’est plus fin (dans tous les sens du terme). Le wasabi n’est pas très fort non plus.

Le poisson est de qualité et très bon mais j’espérais un peu plus de choix. Dans mon souvenir, pas d’anguille, d’oursin ni de maquereau.

Après tout ça, j’avoue ne plus avoir faim mais ce n’est pas le cas de mon co-convive qui va prendre un maki de thon rouge, lequel va se réveler de fort belle taille, à mi-chemin entre le maki classique et le futomaki. voyez par vous-mêmes :

Maki « moyen »

Là encore, le thon rouge (maguro) est loin d’être mon poisson favori et je n’ai plus faim :)

Conclusions

Sur beaucoup de points, ce sushi-bar est un excellent restaurant avec un accueil très sympathique mais les prix élevés ne sont pas très engageants et le manque — certes sans doute de circonstances — de choix de poissons ne m’incitent pas à y retourner, ce qui est dommage. Disons que le plateau dégustation est trop cher mais le reste est à des prix plus acceptables.

Le comptoir aurait permis plus d’échanges, dommage.

Notes

  1. J’ai aussi vu récemment l’appellation « japinois » qui n’est pas mal non plus).

  2. Rétrospectivement, ce n’était pas une très bonne idée, la prune lui donne un goût assez sucré qui, bien que fort bon, n’est pas du tout adapté à mon avis au poisson cru et à la sauce soja…

  3. La calebasse est un grand fruit sec, malheureusement la page WP n’est pas très diserte.

  4. Je suis loin d’être un spécialiste de la coupe des sushis/sashimis et bien évidemment encore moins chef sushi mais pour en avoir fréquenté pas mal, j’ai connu plus subtil et plus fin.

Comments

Comments